Secours occasionnel de solidarité (SOS)

 

Le SOS est destiné aux personnes inscrites au registre des Français établis hors de France qui justifient d’une perte conséquente de revenus liée à la crise sanitaire.

Pour bénéficier de cette aide exceptionnelle, les demandeurs n’ont plus l’obligation de démontrer « l’absence de moyens propres et de possibilité d’aide familiale, amicale ou associative pour traverser la crise ».

Deux autres assouplissements ont récemment été apportés aux conditions d’octroi de l’aide.  Le SOS peut désormais être versé « jusqu’à quatre fois d’ici fin 2020, à un rythme mensuel, que le demandeur en ait déjà bénéficié ou pas ».

De plus, il peut être attribué aux personnes qui « ont pu ou peuvent bénéficier d’aides locales ».

Pour plus d’informations, consulter le site du consulat.

Aide à la scolarité, 2e phase de la campagne 2020-2021

Les familles seront reçues sur rendez-vous au consulat entre
le 16 août et le 28 septembre 2020
La date limite de dépôt des dossiers est le le 28 septembre 2020 au plus tard.

Sont concernées les familles qui depuis la 1ère phase de la campagne des bourses scolaires:
– se sont établies dans la circonscription
– ont vu leur situation familiale modifiée.
– ont eu leur demande ajournée.
– qui contestent la décision rendue par la 1ère commission nationale.

♦ Pour contacter le consulat:
http://www.consulfrance-washington.org

Le Conseil consulaire en formation « Enseignement français à l’étranger-bourses scolaires », seconde phase, devrait se  tenir au consulat en novembre 2020 (La date sera précisée ultérieurement.).

La deuxième commission nationale des bourses (CNB) se tiendra à Paris en  décembre 2020, dans les locaux de l’Agence pour l’enseignement  français à l’étranger(AEFE).

STAFE, campagne 2021

Du 27 juillet au 29 octobre 2020, les dossiers de demande de subvention, pour des projets associatifs devant être menés à partir de 2021, pourront être retirés auprès du service social du consulat.

Les demandes devront être déposées avant le 6 novembre 2020.

Elles seront examinées par les conseils consulaires locaux, qui émettront des avis et recommandations motivés, avant d’être transmises à la Direction des Français de l’Étranger du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Elles sont ensuite validées par la Commission nationale STAFE, réunissant, aux côtés des représentants de l’administration, des élus (dont Yan Chantrel, membre du groupe FdM-ES à l’Assemblée des Français de l’Étranger) et des représentants des associations de Français de l’étranger (dont Philippe Moreau, représentant de FdM-adfe). La Commission nationale devrait siéger en amont de la session de l’AFE au printemps 2021.

Pour mémoire :

  • Sont éligibles les associations enregistrées localement et en France (loi 1901), si ces dernières ou leur représentation locale n’exercent aucune activité en France et si le consulat peut en attester.
  • La subvention ne doit pas être la seule source de financement du projet. Le maximum est fixé à 50%. De manière exceptionnelle, ce taux est plafonné à 80% pour les petites associations dont le budget global n’excède pas 10 000 euros et qui sollicitent une subvention inférieure à 2000 € au titre du projet.
  • Le montant sollicité doit être compris entre 1000€ et 20 000€.
  • Le projet soumis doit être de nature caritative, culturelle, éducative ou socio-économique et contribuer au rayonnement de la France et au soutien des Français à l’étranger et des publics francophones, en complément des programmes existants d’aide aux Français gérés par nos ambassades et consulats. Les projets de développement ou répondant au seul critère de rayonnement, sans cumuler celui du bénéfice en tout ou partie à des usagers français, dans le but précité de les aider au plan éducatif, caritatif, culturel ou économique ne peuvent être éligibles au STAFE.

Rentrer en France

A partir du 18 juillet 2020 , il est demandé à tout voyageur en provenance des Etats-unis  d’apporte la preuve qu’il n’est pas contaminé par le Covid-19. Le test (PCR) permettant de détecter la présence du virus dans l’organisme.

Il est recommandé de réaliser  le test au plus tard 72 heures avant le départ. Il est cependant prévu qu’il soit fait à l’arrivée dans le cas contraire.

Les Français ont un droit constitutionnel à rentrer dans leur pays.
Ils ne peuvent être expulsés. Il leur est demandé, en l’absence de test réalisé, de se soumettre à une « quatorzaine volontaire »
Il est bien sûr de la responsabilité de chacun de veiller à adopter les mesures qui protègent.

 

Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé